[Critique] The Town de Ben Affleck

Après Gone Baby Gone, Ben Affleck revient une nouvelle fois derrière la caméra pour nous livrer un film de braquage qui s’inspire directement du chef-d’oeuvre Heat. Bien entendu, le réalisateur américain n’a pas la prétention d’aller titiller l’indétrônable film de Michael Mann, mais il tente de nous proposer une vision différente.
The Town est l’adaptation du roman Prince of the thieves écrit par Chuck Hogan. The Town se déroule à Boston et confirme donc l’attachement qu’a Ben Affleck pour cette ville, car Gone Baby Gone se déroulait également dans cette ville. Cette fois nous suivrons une bande de braqueurs qui n’hésitent pas à s’attaquer aux banques et fourgons blindés.

Ce qui frappe avec The Town c’est l’épaisseur de ses personnages. Ils ont chacun une histoire que l’on découvre au fur et à mesure que le film se déroule. Souvent l’action est privilégiée, mais ici on s’aperçoit que le réalisateur veut nous montrer énormément de choses. Déjà le lieu où se déroule le film est un élément primordial. Il s’agit de Charlestown, surnommé The Town, ville connue pour son grand nombre de braquage. On ressent bien que cette ville est importante pour ses habitants, ils s’y sentent en sécurité, car ils n’ont connus qu’elle et ils ont leur repère avec toute l’organisation criminelle qui s’y trouve.

Cependant on verra par la suite que ce n’est qu’une façade, il est impossible pour eux de la quitter, car tous les retient : leurs amis, leur famille ou encore les secrets les plus inavouables. Ils sont en quelque sorte déjà en prison, car ils ne sont pas libres entièrement de leurs faits et gestes. En effet les services qu’ils se rendent se transformeront par la suite en chaines.

Les personnages se rassemblent pour survivre, ils s’entraident, mais en faisant cela ils plongent encore plus profondément vers une fin inéluctable. Dès lors, la relation de Doug avec une « Toonie » lui apparait comme une lueur d’espoir, car cette personne est étrangère à Charlestown. Elle ignore tout des règles qui la régit et elle symbolise dès lors une porte de sortie salvatrice. Ben Affleck fait donc le pont entre une situation amoureuse pleine d’espoir et leur activité criminelle qui devient de plus en plus désespérée. On sent le pessimisme à chaque étape du film. Les personnages au plus profond d’eux-mêmes savent qui ‘ils ne pourront pas vivre ici éternellement et pourtant ils se donnent à fond au risque de se bruler les ailes. Mais au fond ont-ils vraiment d’autres choix ? A Charlestown comme dans de nombreux autres quartiers les trafics et braquages apparaissent comme l’unique façon de s’en sortir. Dès lors quand une autre issue arrive il leur est impossible de s’engager dessus. La solution ne peut venir que des personnes étrangères à Charlestown. En effet comme le montre la relation père-fils du film les habitants de Charlestown ne peuvent pas compter sur leur famille, mais sur leur famille de substitution qu’il se construise au fur et à mesure des rencontres.

Mais The Town est également très efficace avec ses scènes d’actions survitaminées. Particulièrement bien mises en scène, elles ne manquent pas de force et nervosité. Que ce soit l’attaque de la banque, du fourgon blindé ou encore de la fusillade, Ben Affleck nous plonge au coeur de l’action avec des scènes très rythmées et nerveuses. Le tout est accompagné d’une piste sonore tonitruante amplifiée par une piste DTS HD de haute volée sur le Blu-Ray si vous avez la chance de pouvoir la lire. Sans être visuellement très sanglant, le film propose tout de même une bonne dose d’adrénaline. Le point marquant de ces différentes scènes restera les masques qu’arborent les braqueurs et que vous avez certainement déjà vus dans les bandes-annonces.

Ben Affleck nous livre avec The Town un film sans concession sur la vie des quartiers beaucoup plus profonds et riches qu’il n’y parait. Ben Affleck a beaucoup à nous dire avec ce film et il démontre une fois de plus qu’il est un réalisateur qui compte et qui comptera, il continue de fort belle manière son apprentissage derrière la caméra. Il fait de plus preuve d’un grand talent pour filmer les scènes d’actions qui parsèment son film. The Town s’avère être une grande réussite sur la forme et le fond en dressant un portrait sans concession sur des hommes perdus et sans repère !

Note du film :


Titre : The Town
Réalisé par Ben Affleck
Avec Ben Affleck, Rebecca Hall, Jon Hamm …
Long-métrage américain
Genre : Thriller , Drame

Durée : 02h03min

Synopsis : « Doug MacRay est un criminel impénitent, le leader de facto d’une impitoyable bande de braqueurs de banque qui s’ennorgueillit de voler à leur gré sans se faire prendre. Sans attaches particulières, Doug ne craint jamais la perte d’un être cher. Mais tout va changer le jour où, lors du dernier casse de la bande, ils prennent en otage la directrice de la banque, Claire Keesey.
Bien qu’ils l’aient relâchée indemne, Claire est nerveuse car elle sait que les voleurs connaissent son nom… et savent où elle habite. Mais elle baisse la garde le jour où elle rencontre un homme discret et plutôt charmant du nom de Doug….ne réalisant pas qu’il est celui qui, quelques jours plus tôt, l’avait terrorisée. L’attraction instantanée entre eux va se transformer graduellement en une romance passionnée qui menacera de les entraîner tous deux sur un chemin dangereux et potentiellement mortel. »

Zirko

Créateur de Cinéaddict en décembre 2009, administrateur et rédacteur en chef … Je passe mon temps à consulter l’actualité du cinéma pour vous proposer des news toujours plus fraîche. Car on n’a qu’une seule vie et que j’aime tous les styles,il ne m'est malheureusement pas possible de regarder tous les films que je voudrais.

Un commentaire

  1. Ah voila le terme que je cherchais quand j’ai écrit ma critique: épaisseur des personnages.

    En tout cas bon film de braquage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>