Après l’encre coulée pour les stars et les personnalités, les strass et les paillettes, au tour des individus lambda d’être à l’honneur. En effet en 2017, on pourra postuler pour devenir « seat filler ». Ce terme, qui ne court pas vraiment les rues, suscite l’intérêt et la curiosité. La question à 1 million : « qu’est-ce qu’un seat filler ? » Mot à mot, un seat filler est un remplisseur de siège. Oui, ce travail existe bel et bien. Ceci consiste à ne laisser aucun siège vide, et on ne se fait pas prier pour réchauffer le siège de Leonardo Dicaprio ou de Natalie Portman.

Comment devenir un seat filler ?

Faire partie du gratin Hollywoodien au Dolby Theatre de Los Angeles, qui n’en rêve pas ? Un souhait qui pourrait se réaliser par l’intermédiaire des… chaises. Oui, pas très glamour comme concept mais c’est le résultat qui compte. Pour devenir seat filler, avoir des connaissances, de préférence un membre de l’Académie des Oscars, serait un atout. Des sites sont aussi mis en place pour pouvoir postuler en tant que remplisseur de siège. Ensuite, quelques règles d’or ou plutôt des obligations sont primordiales à la bonne exécution du travail. La première et la plus évidente : bien s’habiller, mais surtout ne pas éclipser les célébrités de la soirée. Il n’est donc pas nécessaire de se ruiner en vêtements haute couture ni de se peinturlurer la face abondamment. Le ton adéquat serait plutôt : classe et sobriété. La seconde, un peu moins amusante : ne pas adresser la parole à ses voisins car il pourrait s’agir d’un acteur ou d’une actrice. D’autres règles comme : éviter les caméras, ne pas attirer l’attention et ne pas parler de son expérience sont de mises pour ne pas être banni du cercle très restreint des seat filler.

Une chance à saisir sur le long terme

Ne nous voilons pas la face, être un remplisseur de siège revient à n’être qu’un décor. Et pourtant, beaucoup de monde se rue sur cette opportunité notamment pour avoir d’un seul coup d’œil toutes les célébrités les plus en vogue. Etre seat filler n’est pas toujours une partie de plaisir car il faut s’attendre à rester debout dans des vêtements chics et des chaussures inconfortables, surtout pour les femmes. Par ailleurs le plus étonnant est que les remplisseurs de siège ne sont pas payés. Par contre, ils peuvent saisir l’opportunité de faire des connaissance, nouer des liens avec des membres d’une production ou autres personnes pouvant les orienter vers d’autres horizons. En gros, être seat filler est plutôt un prestige et un privilège à défaut d’être un travail. Néanmoins, c’est une offre qui ne se refuse pas en vue des débouchés que cela peut ouvrir dans l’avenir.  Comme quoi, pas besoin de faire un film pour aller aux Oscars.

harry-potter
Article précédent
Harry Potter : c’est reparti pour un autre tour… de balai!
6358790016234159041307448001_o-OSCARS-2013-facebook-1200x798
Article suivant
OSCARS 2016 : Zoom sur les polémiques